Suite à un problème technique, le musée est exceptionnellement fermé du 12 mai 2017 jusqu’à une date indéterminée. Nous vous tiendrons informés de sa réouverture.
Site sommital du fort de la Bastille à Grenoble
Renseignements 04 76 00 92 25 - Ouverture : du mardi au dimanche de 11 h à 18 h
Accès : par le téléphérique, par les sentiers pédestres de la Bastille,
en voiture avec stationnement possible sur le parking du glacis.







 
Les Alpes au fil de l’Histoire

Le XIXe siècle et l’apparition des Troupes de montagne étrangères

La création des Troupes alpines françaises

La conquête de la montagne

L’expertise de la montagne

1914-1918, le baptême du feu

1939-1940, les Alpins sur tous les fronts

Alpins en Résistance

Autriche et Algérie

Opérations Extérieures (OPEX)

Aménagement du territoire

Identité et Culture

 
 
Opérations Extérieures (OPEX)
 
Les Troupes de montagne trouvent leur légitimité dans leur aptitude particulière à effectuer des engagements en milieu difficile, permis par leur entraînement et leurs équipements spécifiques. Au cours des années 1990, cette légitimité sera une nouvelle fois démontrée, la montagne redevenant un espace de confrontation (Liban, Balkans, Afghanistan…).

Dans cette pièce le spectateur peut ainsi découvrir les terrains d’opérations où les Troupes de montagne ont été déployées ainsi que les divers équipements utilisés lors de ces opérations.

Aujourd’hui encore les Troupes de montagne sont régulièrement engagées dans des opérations extérieures, où leur capacité à s’adapter aux situations extrêmes et leur entraînement montagne sont déterminants, bien que ces missions ne s’inscrivent pas nécessairement dans un environnement montagneux mais aussi sur des terrains divers et moins familiers, comme récemment en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Tchad ou au Mali.

Ainsi, en Bosnie-Herzégovine, en 1994 et 1995, sur les pentes du mont Igman, dans les conditions les plus précaires, les Alpins contrôlent de vastes étendues montagneuses démilitarisées participant directement à la sécurisation de la piste qui assure le ravitaillement de Sarajevo, favorisant ainsi la levée du blocus.

Lors du déploiement en Afghanistan – initié en 2002 – les Troupes alpines sont dès le début sollicitées. Leurs missions s’inscrivent dans un environnement montagneux et par conséquent leurs matériels et entraînement y sont particulièrement adaptés, ce qui leur donne un avantage dans la lutte contre les talibans, et participe ainsi à la restauration de l’État afghan. Parallèlement aux actions militaires, de l’aide aux populations est effectuée : le 7e BCA, en participant à la construction de l’école d’Anjirak en août 2002, lutte contre l’un des maux endémiques de ce pays, l’analphabétisme.

Depuis les années 80, du Kosovo à l’Afrique noire, les Alpins ont ainsi participé à de nombreuses opérations aux noms exotiques, Licorne, Pamir, Epidote… Mais derrière ces appellations d’état-major, il y a des drames collectifs, des sociétés déchirées, des haines inexpiables, que les Alpins tentent d’apaiser et de surmonter.
Article précédent : Alpins en Résistance   Article suivant : Autriche et Algérie