Historique de la bibliothèque

Le Musée des Troupes de montagne dispose d’une bibliothèque patrimoniale, riche d’ouvrages rares et anciens, de périodiques ainsi que des monographies plus récentes. Des photographies, des cartes et quelques objets composent également les collections. La bibliothèque se trouvait dans les locaux d’origine du musée, dans le Cercle Mess situé place de Verdun à Grenoble. Elle a ensuite été déménagée dans l’Hôtel des Troupes de montagne de la 27e Division Alpine, au cœur du bâtiment historique, qui fait face à la Préfecture. La bibliothèque occupe désormais deux salles au rez-de-chaussée de l’hôtel de commandement. Gérée par le conservateur du musée aidé d’un réserviste, la bibliothèque a fait l’objet de plusieurs projets de conservation en 2017, dont celui d’un vaste chantier de désherbage.

En 1989, la bibliothèque comptait environ 600 volumes. S’il n’y a pas eu de décompte précis à ce jour, on peut estimer à près de 10 000 le nombre de documents, qui constituent désormais les collections. Elle s’est enrichie au fil des années grâce à des dons et des legs. La bibliothèque dispose d’un vaste fonds documentaire sur le domaine militaire, structuré par de grandes thématiques : les armées et corps d’arme, les conflits et opérations militaires, la géographie, l’histoire, les sciences militaires, les sciences humaines et sociales, la littérature, et enfin l’art, le sport et les loisirs. Chacun de ses domaines permet d’appréhender et de comprendre l’univers militaire, ses enjeux et son patrimoine. Un fonds spécifique couvre l’ensemble de la documentation sur les troupes de montagne et sur les techniques en montagne.

Certains documents sont des pièces uniques et remarquables, tels que les 1346 négatifs de grands formats des reconnaissances de secteurs. Si les photographies et les cartes ne font pas aujourd’hui l’objet d’un traitement documentaire à part entière, elles restent néanmoins une source d’informations pour compléter les collections muséales et mieux connaître l’histoire des troupes de montagne.

L’enrichissement des collections connaît plusieurs origines : des dons ou des legs de particuliers, des dons de structures documentaires comme des bibliothèques militaires ainsi que l’achat de documents par le musée ont permis d’accroître les collections. Pour retracer la provenance des documents, il est possible de se référer aux cachets des ouvrages.

On constate alors que les origines sont diverses : les fonds des bibliothèques de garnisons dissoutes, comme celle de Briançon, ont été reversés au Musée. Une partie conséquente provient du Camps de Sathonay, près de Lyon. La provenance des ouvrages présente de nombreux intérêts. Sur le plan historique, elle permet de retracer l’histoire de la bibliothèque et la constitution de son fonds. Les volumes ont, pour une grande majorité, étaient donnés par des bibliothèques de garnison ou ont transité par différentes bibliothèques. En reconstituant un ancien fonds – par exemple celui de la bibliothèque du Camp de Sathonay à Lyon – il est possible de connaître les sujets, qui intéressaient les soldats et officiers de l’époque – par exemple, des ouvrages techniques sur l’artillerie. Aussi, l’origine des volumes apporte des informations sur l’histoire même du document. Un ex-libris peut ainsi donner l’identité du propriétaire d’un volume.

Il est à souligner qu’à la fin des années 1990 une grande partie des fonds a été reversée à la Bibliothèque du Service historique de l’armée de terre. L’étude de ce reversement pourrait donner des informations supplémentaires sur les origines de la bibliothèque.

La bibliothèque du Musée des Troupes de montagne est un service public proposé à l’ensemble des lecteurs, qu’ils soient issus du monde civil ou du monde militaire. En tant que tel, elle répond à de nombreuses missions. Elle demeure une source documentaire de référence pour le musée des Troupes de montagne. La bibliothèque conserve et enrichit ses collections. À ce titre, le fonds patrimonial est l’objet d’une attention toute particulière car il nécessite un traitement spécifique : les documents doivent être conservés dans des conditions de préservation optimale pour éviter leur détérioration.

Ainsi, pour que la bibliothèque puisse accueillir le public, un vaste chantier de tri est mené. La constitution d’un fonds patrimonial à part entière fait l’objet d’une réflexion de la part du personnel. Conservateur du patrimoine et bibliothécaire travaillent de concert pour conserver et valoriser ce fonds documentaire, remarquable et atypique.