Une projection au sol amène le spectateur à découvrir les Alpes, barrière naturelle qui divise l’Europe Occidentale en deux, milieu au climat rude très tôt colonisé par l’homme.

En effet, dès l’Antiquité les Romains y établissent des routes et repèrent cols et passages, autant de points stratégiques. Avec un Empire qui s’étend de part et d’autre de cette chaîne montagneuse, il est alors essentiel d’avoir un moyen de contrôle sur les régions provinciales tout en sécurisant les frontières.

Au Moyen-Âge, le contrôle des cols alpins permet au Saint Empire romain germanique d’exercer des pressions politiques et économiques sur ses voisins, en fonction des alliances du moment.

Les Alpes sont donc le point de passage obligatoire entre deux parties de l’Europe. Hannibal, Charlemagne, François Ier ou encore Bonaparte ont eu à les franchir pour mener leurs campagnes. Mais à ces époques on évite de s’y battre : la méconnaissance du terrain, la difficulté à déployer une armée, les points de passage obligés, l’absence d’équipements adaptés rendent difficile et périlleuse l’exploitation du terrain. Quelques-uns s’y aventurent pourtant avec succès : le futur connétable de Lesdiguières, le général Bonaparte et quelques autres par exemple.